mercredi 13 avril 2011

Il est des deuils ... (suite)

.dont on se croit sorti, mais qui redoublent alors, comme si le bien désiré oubli était interdit.

L'effet ailes de papillons... il est des évènements, battement d'ailes de papillon, ou cataclysme privé, dont les effets sont incalculables et illimités.

Un deuil.   Le décès de votre moitié d'orange.

Vous suivriez-bien votre autre moitié, mais un oeuf est né de vous, il a droit à une mère, faute de père.

Alors, vous redressez la tête, et vous dites 'non'.

IL m'est arrivé de rire pour détourner un torrent de larmes, mon bébé n'avait pas à subir ma souffrance.

Je partage volontiers mes joies, mes rires, mes fantaisies, ma"fraîcheur".

Mais la souffrance, non, ce n'est pas un cadeau à à faire aux autres.

Alors?

Alors....

 Elle n'a pas pleuré, et même elle a ri.

Elle n'a même pas de chagrin.

Alors?

Alors...

J'ai été pour lui père et mère, j'ai rempli tous les rôles.

Mais il n'a "pas eu de père", donc , il lui a manqué... etc...


Alors?

Alors...


Je ne voulais pas que mon fils soit fils unique.  Je me suis remariée et il a une soeur


Alors?

Alors...


"Pourquoi tu ne nous  a pas dit ça, maman?"


Parce que j'ai bâti ma vie sur l'effacement de ma souffrance pour que mes enfants soient heureux.

Alors?

Alors...

Alors, rien, j'arrête-là,

Il est des deuils qui n'en finissent jamais.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Suite à certains excès, les commentaires seront modérés, donc vérifiés avant parution. Merci de votre compréhension